Le Kazakhstan à l'Eurovision ? - EuroPodcast #2

Naviguer par

Salut à tous, et bienvenue pour ce deuxième numéro de l’EuroPodcast ! Vous avez été nombreux à commenter le premier numéro, donc permettez-moi de vous remercier tout d’abord, et je vous rappelle que vous pouvez vous abonner à l’EuroPodcast sur iTunes, ainsi que sur la chaîne YouTube Parlons Eurovision.

Aujourd’hui, on va revenir sur la participation de deux nouveaux pays à l’Eurovision Junior, à savoir le Kazakhstan et le Pays de Galles, et puis en guise de coup d’œil dans le rétro, nous nous plongerons dans les années 1970 avec la chanteuse Dani, qui aurait bien pu représenter la France deux fois au Concours…

Commençons donc par l’Eurovision Junior ! C’est habituel maintenant, dans les mois qui suivent ce qu’on va appeler le vrai Eurovision, les infos sont un peu moins nombreuses, et l’attention se tourne donc sur la version Junior, qui a lieu chaque année au mois de novembre.

Cette année, deux nouveaux pays participeront pour la première fois à ce Concours, et c’est ici potentiellement très intéressant pour la suite des opérations dans le monde de l’Eurovision. En effet, pour le Kazakhstan, c’est la première fois que le pays participe à un événement Eurovision de n’importe quelle nature, alors que le Pays de Galles avait participé à la première édition du Chœur de l’année, à Riga en 2017.

Le cas du Kazakhstan est particulièrement intéressant. Le pays souhaite en effet participer à l’Eurovision depuis 2008, et bon nombre de fans aimeraient voir ceci devenir réalité. On peut donc être en droit de penser qu’une première participation au Junior est un pas en avant vers une participation à tous les événements Eurovision dans le futur.

Lire aussi :  Le Kazakhstan et le Pays de Galles à l'Eurovision Junior

Cependant, il y a plusieurs hics ! Tout d’abord, l’Union Européenne de Radiodiffusion a confirmé que la participation du Kazakhstan à l’Eurovision relève de l’invitation à un pays associé à l’EBU, mais qui n’est pas membre total. Vous savez, la même invitation pour une année qui fait que l’Australie participe depuis 2015 à l’Eurovision !

L’EBU a bien précisé le caractère temporaire de l’invitation, bien qu’il ait été prouvé par le passé qu’elle pouvait s’étendre dans le temps. Mais cela veut dire deux choses. Premièrement, le Kazakhstan n’est toujours pas membre à plein temps de l’EBU, et risque de ne pas l’être avant encore quelques années, puisque, aussi surprenant que cela puisse paraître, le pays ne fait pas partie de la zone de diffusion européenne ! Cette dernière inclut des pays plus à l’Est, ainsi que de nombreux pays d’Afrique du Nord, mais donc pas un pays dont une partie du territoire se situe en Europe.

C’est l’un des problèmes principaux qui font que Khabar Agency, la chaine kazakhe diffusant l’Eurovision depuis plusieurs années, ne peut pour l’instant pas faire une demande d’inclusion totale dans l’EBU, sésame indispensable pour participer à l’Eurovision.

Pourtant, l’arrivée du même pays à l’Eurovision Junior peut lui donner des raisons de penser que le Kazakhstan fera prochainement ses débuts au Concours Eurovision de la Chanson. En effet, avec cette deuxième invitation, l’EBU confirme sa volonté de continuer à étendre l’Eurovision, en sélectionnant au cas par cas d’autres pays motivés à participer. C’est le Kazakhstan aujourd’hui, pour le Junior, mais pourquoi pas imaginer un futur avec plus d’invités ?

La liste des membres associés à l’EBU comporte des pays comme les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Inde, la Chine, le Brésil, et beaucoup d’autres. Est-il toutefois réaliste de les imaginer tous à l’Eurovision dans vingt ans ? Je ne pense pas. Avec le lancement de sa marque Eurovision Asie, bien compliqué mais toujours en cours visiblement, le Concours Eurovision de la Chanson souhaite s’étendre, mais visiblement sans trop ajouter au Concours principal. On peut donc plutôt imaginer une mondialisation de tous ces Concours sur tous les continents, plutôt que des ajouts qui viendraient diluer le Concours Eurovision de la Chanson. Ce serait une bonne chose pour moi, car cela reste quand même la seule soirée de l’année où on se sent européens, et qu’on soit pour ou contre l’Union Européenne et toutes ces institutions, ça nous permet de nous rappeler que l’on est tous dans le même bateau.

Pour le Pays de Galles, c’est ici une raison différente qui les invite à participer. En effet, à l’Eurovision, depuis les débuts du Concours, c’est le Royaume-Uni, via la BBC, qui participe. L’EBU a là aussi précisé la raison de l’arrivée du Pays de Galles, une raison toute simple, puisque c’est simplement le fait que la BBC ne participe pas. Si cette dernière n’est pas impliquée, les chaînes de télévision locales de l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Écosse ou l’Irlande du Nord peuvent participer en leur propre nom. Si la BBC participe, elle inclut automatiquement tous ces territoires sous la mention Royaume-Uni.

Ce qui m’intéresse particulièrement, c’est cette dernière mention. Vous savez certainement que l’Écosse a, à plusieurs reprises, soumis à référendum une sortie du Royaume-Uni, et donc une indépendance. A notre modeste niveau de l’Eurovision, on pourrait donc penser qu’il s’agirait automatiquement d’une participation de l’Écosse en tant que pays indépendant, mais qu’en serait-il réellement ? La BBC continuerait-elle de diffuser en Écosse, et donc de facto prendre la participation du pays ? La télévision écossaise deviendrait-elle souveraine et permettrait aux deux entités de coexister ? C’est évidemment un problème bien mineur d’une éventuelle indépendance, mais une question qui pourrait bien prendre un peu de temps à se régler.

Pour finir, jetons donc un coup d’œil dans le rétro, et celui-ci va nous plonger dans les années 70 ! Mais avant de repartir aussi loin, faisons un petit détour par 2001. J’imagine que vous connaissez cette chanson, il s’agit de « Comme un boomerang », de Dani et Étienne Daho, qui a fait un véritable carton en 2001 donc. Mais saviez-vous que cette chanson aurait en fait dû sortir bien plus tôt ?

Avant de devenir ce duo iconique, la chanson, écrite et composée par Serge Gainsbourg devait en effet représenter la France à l’Eurovision en 1975, avec Dani ! Cette dernière s’était vue offrir la chance de participer cette année-là puisqu’elle avait été choisie en 1974, avec la chanson « La vie à 25 ans ».

Malheureusement pour Dani, le Président de la République de l’époque, Georges Pompidou, est décédé dans la semaine précédant l’Eurovision. La France a alors pris la décision de se retirer du Concours, et Dani perdait là sa chance de chanter devant une audience de plusieurs centaines de millions de téléspectateurs.

Antenne 2 invite donc Dani à revenir à l’Eurovision en 1975, vous voyez, c’est un peu notre Julia Samoylova à nous ! Mais la chanteuse impose une condition, celle de chanter une chanson écrite par Serge Gainsbourg. Condition vite acceptée, il est vrai que Gainsbarre avait déjà remporté l’Eurovision en 1965, avec « Poupée de cire, poupée de son », de France Gall, pour le Luxembourg. L’artiste compose donc « Comme un boomerang ».

Malheureusement, Antenne 2 juge que le texte de la chanson n’est pas adapté à un Concours comme l’Eurovision, et refuse la chanson. Dani ayant posé la condition de ne chanter qu’avec un texte et une musique de Serge Gainsbourg, elle loupe une nouvelle fois une participation à l’Eurovision, la France fut alors représentée par Nicole Rieu, qui est arrivée quatrième.

« Comme un boomerang » a alors dormi sur les étagères d’une maison de disques jusqu’à ce qu’Étienne Daho ne découvre la maquette et propose alors à Dani de l’interpréter en duo, avec le succès que l’on connaît !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *